13 novembre 2017

Jean-François St-Onge, l'architecte-entrepreneur fougueux

JCCM

Rencontre avec Jean-François St-Onge, co-fondateur d’ADHOC architectes.

1- D’où viens-tu? Qu’est-ce qui t’a poussé à venir t’installer à Montréal?

Je viens du Bas-Saint-Laurent, plus précisément de Kamouraska. J’ai fais mes études à Québec à l’Université de Laval en architecture. Lors de ma dernière année d’université, j’ai eu la chance de faire un échange universitaire en Suisse dans l’une des meilleures écoles d’architecture au monde, l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Lorsque que je suis revenu à Québec, après mon échange, j’ai ressenti un profond malaise. J'avais l'impression de revenir en arrière, revenir dans mon petit confort. J’ai donc décidé de poursuivre ma route vers Montréal pour son caractère multiculturel, son énergie et sa créativité. Je sentais que cette métropole me permettrait d’avoir plus d’opportunités. J’avais aussi l’impression, à l’époque, que Montréal avait un plus grand intérêt pour l’architecture contemporaine que Québec. J’ai donc travaillé pendant un an à Montréal, avant de compléter ma maîtrise en architecture à l’Université de Montréal (UdeM). Et c’est en 2014 que j’ai co-fondé mon entreprise ADHOC Architectes à Montréal.

2- Peux-tu nous présenter ADHOC Architectes en quelques phrases?

En fait, ADHOC Architectes, c’est la réunion de deux architectes complémentaires et experts. J’ai co-fondé cette entreprise avec mon associé François Martineau, qui est un architecte d’une technicité sans pareille. Moi, je suis plutôt le créatif de l’agence. Le but, finalement, c’était de créer une association sans compromis entre la technique et la créativité, et c’est ce que nos deux personnalités nous ont permis d’accomplir.  Ensemble, nous explorons un nouveau modèle architectural. Le but pour nous, c’est de mettre en valeur les éléments intrinsèques des lieux et les valoriser par une architecture innovante et poétique.

3- Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire au programme Réseau Jeunes Leaders?

En fait, je suis devenu membre de la Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM) parce que je trouvais que vous offriez une super belle proposition au niveau du cursus de vos formations. En tant que jeune entrepreneur et directeur d’une entreprise à l’âge de 28 ans, c’était tout un défi. À ce moment-là, je n’avais pas trop de rétrospective ou de rétroaction sur mon travail et ma façon d'agir. Je sentais qu'il était important que je continue à me développer, afin de devenir moi aussi un meilleur employé au sein de mon agence et aussi pour mon partenaire d'affaires. C’est pourquoi je trouvais que la formation Réseau Jeunes Leaders (RJL) était importante pour moi. Je voulais me former en tant que leader, pas seulement pour moi, mais aussi pour mes employés.

4- Comment cette formation a-t-elle eu un impact sur ton cheminement personnel et professionnel?

Cette formation a eu plusieurs impacts sur moi sur différents aspects. Au niveau communautaire, la formation m’a permis de développer mon intérêt pour le bénévolat et de vouloir m’impliquer plus pour la société. Niveau créativité, c’est sûr que ce point était super intéressant pour moi, avec toutes les activités sur la créativité qu’on nous proposait. Au final, durant cette formation, j’ai vraiment pu faire de super belles rencontres et me développer un réseau de contacts. D’ailleurs, je suis toujours en contact avec plusieurs membres de ma cohorte qui évoluent dans différents domaines que le mien. Le RJL te permet vraiment de voir les différentes facettes d’un leader et de voir un peu où est-ce que tu te situes par rapport à tout cela.

Petite parenthèse, j’ai aussi suivi le programme de Mentorat, qui a aussi été d’une grande aide pour moi durant mon parcours professionnel. J’ai eu la chance d’être mentoré par Mathieu Cloutier, Vice-président, directeur général de l’agence Tank.

5- Mets-tu en application dans ton travail des astuces apprises durant le RJL?

C’est sûr que je mets en pratique le plus d’astuces possibles dans mon travail. D’ailleurs, depuis quelques temps, on a remarqué qu’il y a une super bonne rétention de nos employés. On voit qu’ils sont heureux dans le travail et ça se répercute sur leur performance. Il y a un bel esprit rassembleur et on essaie de continuer à maintenir ce partage. Aujourd’hui, nous sommes rendus à 13 employés, en plus de plusieurs associés, et ça en seulement 4 ans!  

6- As-tu découvert quelques chose sur toi que tu ne connaissais pas avant la formation?

Les tests psychométriques, en plus de me découvrir, m'ont permis de mieux me comprendre. D’ailleurs, je l’ai fait lire à mon associé et ma conjointe et ils étaient aussi impressionnés que moi par sa précision. Au fond, ça m’a permis de vraiment mieux comprendre mes défauts, mais aussi mes qualités et de relativiser sur mes compétences. En ayant tout ce bagage en main, j’ai pu et je continue toujours de travailler sur mes points un peu plus faibles pour m’améliorer encore et toujours.

7- Quelle est la réalisation/ projet qui te rend le plus fier? Pourquoi?

Je dirais que le projet qui me rend le plus fier est notre projet Géode, situé près de la rue De la Roche et Marianne (Plateau Mont-Royal). Le but, c’était de développer une nouvelle typologie d'habitation. On a créé des habitations plus lumineuses et des lieux de rencontres permettant une interaction avec les voisins. Ce projet a aussi été finaliste cette année pour le Prix d’excellence en architecture 2017. Même si nous n’avons pas gagné, ce projet me rend quand même très fier.

8- As-tu de nouveaux projets en vue?

Oh oui, nous avons beaucoup de projets en ce moment sur nos tables à dessin, que ce soit des projets résidentiels, commerciaux ou des installations artistiques. Malheureusement, je ne peux pas en parler plus, dû à la confidentialité des projets... ;)

9- Aurais-tu un conseil à donner à un futur leader?

Si j’avais un conseil à donner à un futur leader, ce serait que le mentorat est fondamental si tu souhaites poursuivre ton développement comme gestionnaire et leader. J’ai souvent fait appel au mentorat durant ma carrière et même encore aujourd’hui, je vois deux de mes mentors régulièrement. On ne finit jamais d’apprendre! Le plus gros défi pour un entrepreneur n’est pas seulement de transmettre ses connaissances, mais c’est aussi de se permettre du temps à soi-même pour se faire accompagner ou pour simplement réfléchir!


Questions «funky»

10- Quel est ton architecte préféré et pourquoi?

Ce serait le duo suisse Herzog et De Meron. Ce sont deux architectes qui sont à la fois créatifs et qui ont un souci du détail typique des Suisses (sans vouloir généraliser). Il y a un rapport très poétique envers la nature dans leur architecture. On voit qu’ils s’inspirent beaucoup de la géologie, de la nature, du monde animal et humain. En gros, leurs projets sont hallucinants! C’est une grande source d’inspiration pour moi.

11- Quel est le plus gros poisson que tu as pêché?

Cet hiver, durant un voyage au Mexique, j’ai pêché un bonito (petit thon) qui pesait 20 livres. En fait, ce que j’aime de la pêche, c’est qu’elle me permet, ou plutôt m’oblige à m’arrêter et à simplement attendre. Étant une personne hyperactive, je trouve que c’est très ressourçant et apaisant.

12- Pourquoi aimes-tu les voitures rouges?

En fait, c’est plutôt une blague! Ma biographie sur notre site est en fait une caricature de moi-même. Je trouvais que l’idée de vitesse, qu’on associe souvent aux voitures rouges, représentait bien ma fougue. C’est un peu un clin d’œil à ma personnalité!

13- Quelle est la personne la plus inspirante pour toi?

Je dirais qu’il n’y a pas UNE personne qui m’inspire plus que toutes les autres. Les personnes qui m’inspirent sont les politiciens de tous les pays. J’ai une grande admiration pour ces hommes ou ces femmes qui décident de vouer leur vie pour le bien-être de leur pays. Ils ont cette force de prendre tout ce fardeau sur leur dos. Franchement, être politicien est un métier ingrat et bien peu de gens serait prêt à donner leur vie pour créer une meilleure société. Mais si j’avais juste un nom à donner, je dirais Barack Obama.

14- Parlons de ta passion pour l’insolite, qu’as-tu à nous dire là-dessus?

Je suis quelqu’un qui aime les choses nouvelles qui sortent de l’ordinaire. Pour moi, l’idée du standard ne m’attire absolument pas. J’aime le challenge! Je trouve que l’insolite amène cet aspect de l’improbable qui entraîne inévitablement une réflexion sur nos acquis ou sur nos perceptions sur le rapport que l’on a avec les choses qui nous entourent.  

15- Quel serait le voyage de ta vie?

J’ai déjà voyagé dans près de 40 pays pendant environ 3 ans, mais je pense que mon prochain voyage serait de partir pendant au moins 6 mois avec ma famille pour faire le tour du monde ou du moins une partie. Un peu comme le concept du voyageur vagabond où les enfants feront l’école à la maison. Ça serait une très belle opportunité pour moi de côtoyer des gens de différentes communautés et de participer à la vie de tous les jours d’un pays. De cette façon, j’aimerais montrer à mes enfants que le monde est vaste, rempli de richesses culturelles et qu’il ne faut jamais s’arrêter aux idées préconçues.

Projets d'ADHOC Architectes de gauche à droite: La Géode, La résidence Bourdages-Cloutier & Vol-au-vent (S.P.O.T). Consulté le site web pour découvrir tous leurs projets http://adhoc-architectes.com/