17 novembre 2017

Premier Cocktail interchambres de l'Île-de-Montréal

JCCM

Rétention du talent et meilleure inclusion de la diversité dans le monde des affaires à Montréal

Montréal, le 17 novembre 2017 – Le tout premier Cocktail interchambres de l’Île-de-Montréal s’est déroulé le 17 octobre dernier à Montréal, en présence de nombreux invités de marque et participants. Organisé par les jeunes chambres, regroupements et ailes jeunesse des chambres culturelles de l’Île-de-Montréal, l’événement a permis aux 250 participants de réfléchir et poser des actions ensemble autour de deux enjeux majeurs, soit la rétention du talent et une meilleure inclusion de la diversité dans le monde des affaires à Montréal.

Par petits groupes réunissant participants et invités d’honneur, ces deux thématiques ont été débattues, discutées, mises en perspective, afin de réfléchir à des solutions et des actions concrètes en la matière. L’événement était animé par Dorothy Alexandre, PDG d’Inspiration Communication.

La soirée en quelques idées

  • Les défis à relever :

Au chapitre des obstacles, la question de la promotion de l’inclusion a été un point focal dans les différents échanges. Malgré l’éventail d’opportunités qui se présentent à Montréal, la barrière de la langue demeure encore un obstacle à l’insertion de plusieurs profils, empêchant leur intégration dans différents secteurs d’activités, notamment ceux liés aux métiers des technologies de l’information.

La reconnaissance des diplômes et l’exigence d’une expérience professionnelle québécoise ont été également identifiées comme des freins à une insertion professionnelle et une inclusion rapide des talents provenant de différentes origines. Or, une intégration bien réussie est celle qui se dote des moyens nécessaires pour accompagner les membres issus de la diversité.

Cindy Ho, présidente du YCPA a déclaré: « Montréal est une ville multiculturelle et bilingue. Or, son bilinguisme constitue également un défi, notamment pour les nouveaux arrivants qui ne maîtrisent pas les deux langues officielles. De ce fait, nous devons impérativement offrir tout le support et les programmes nécessaires à l’apprentissage du français et de l’anglais pour ces étudiants et travailleurs qualifiés afin de faciliter leur intégration sur le marché du travail. De plus, nous devons revoir et simplifier le processus de renaissance des diplômes étrangers. Ces mesures les aideront à s’intégrer plus rapidement au marché du travail et leur donneront envie de demeurer à Montréal. Ainsi, afin d’assurer une meilleure rétention du talent, nous devons tout d’abord en assurer une meilleure intégration. »

L’un des aspects les plus récurrents évoqués lors de la soirée est l’accompagnement et l’encadrement face aux différents programmes d’insertion. L’offre est plurielle, mais la communication et une bonne promotion autour de ces programmes demeure lacunaire. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes entrepreneurs qui, bien que conscients des opportunités qui s’ouvrent à eux, continuent de faire face à des difficultés lorsqu’il s’agit de bénéficier de leviers nécessaires aux succès de leurs entreprises et, par conséquent, à leur rétention à Montréal. L’accès au financement et à un accompagnement adéquat constituent également des enjeux à prendre en considération.

  • Les perspectives pour l’avenir :

Face à l’ensemble de ces défis, les participants ont déclaré apprécier à sa juste valeur l’existence d’une culture de réseau bien établie et dynamique, fondée sur une acceptation interculturelle propre aux métropoles.

Anne-Laurence Dubois, directrice générale par intérim de la Jeune Chambre de commerce de Montréal a déclaré: « Une de nos priorités à la JCCM est d’encourager la rétention du talent à Montréal. Une relève d’affaires engagée et impliquée au sein de la communauté montréalaise est plus apte à se développer et à s’intégrer - et donc, à rester à Montréal, quelle que soit son origine. C’est pour cela que nous avons souhaité mettre sur pied ce grand rassemblement interchambres, pour créer des ponts entre les différentes communautés, s’inspirer des bonnes pratiques de ceux qui ont réussi ici, pour ultimement favoriser le succès de ces talents venus d’ailleurs, pour aller plus loin, ensemble. »

De manière unanime, l’existence d’un écosystème entrepreneurial bien étoffé a également été saluée, car elle rend possible un phénomène de solidarité entre entrepreneurs dans l’atteinte de leurs objectifs. L’ensemble de l’assistance a appelé de ses vœux le développement d’une culture entrepreneuriale inclusive à Montréal et dans toutes les régions du Québec. La promotion des parcours à succès et des personnalités influentes issues de la diversité, qui émergent dans les plus hautes sphères du monde des affaires montréalais, devraient être davantage mis de l’avant. A l’instar de M. Aldo Bensadoun, Mme Danièle Henkel, M. Mitch Garber, M. Lino Saputo, M. Guy Laliberté et bien d’autres encore.

Gracia Katahwa, Présidente du Réseau des entrepreneurs et professionnels africains a ajouté: « Au-delà du vivre ensemble, nous devons nous atteler à prospérer ensemble. Le développement durable, la quatrième révolution industrielle, le terrorisme, les changements démographiques, les migrations, etc.: les défis de notre génération sont majeurs et globaux. Pour les relever, le Québec a besoin de tous ses talents, indépendamment du genre, de l’origine ethnique ou de la croyance religieuse. Pour cela, Montréal, en tant que métropole, doit démontrer son leadership dans le recrutement des talents, leur intégration effective et dans la mise en place d'un environnement qui les propulse. C’est ainsi que le REPAF œuvre depuis 12 ans à l’intégration et au leadership socioprofessionnel de ses membres. Nous sommes fiers de contribuer à la prospérité socioéconomique du Québec grâce à des plateformes d’échanges comme cet événement interchambres où 300 gens d’affaires sont réunis au nom d’un environnement d’affaires inclusif. »

Monsef Derraji, président-directeur général du RJCCQ, partenaire du cocktail, a tenu enfin à souligner que « la relève des jeunes professionnels et des entrepreneurs issus de la diversité et les liens qu’ils essaient de créer, notamment par le biais de rencontres comme ce premier cocktail interchambres, sont le signe d’une volonté réelle de contribuer à l’essor de Montréal et du Québec. Travailler main dans la main, valoriser les exemples de réussite, échanger, partager et identifier des porte-paroles constituent sans aucun doute une excellente démarche d’inclusion! »

La liste complète des invités d’honneur pour l’occasion est disponible sur notre site Internet.

L’événement a été organisé conjointement par:

  • le YCPA, association des jeunes professionnels chinois;

  • le REPAF, réseau des entrepreneurs et professionnels africains;

  • la Jeune Chambre de commerce de Montréal;

  • le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec;

  • la Chambre de commerce juive;

  • la Fédération CJA;

  • la Chambre de commerce latino-américaine du Québec;

  • le CIJA, Centre consultatif des relations juives et israéliennes;

  • la Chambre de commerce de la communauté iranienne du Québec;

  • la Jeune chambre de commerce haïtienne;

  • la Chambre de commerce roumaine du Québec;

  • l’aile jeunesse du Congrès maghrébin au Québec;

  • la Jeune chambre de commerce et d’industrie Saint-Laurent – Mont-Royal

  • la Jeune chambre tunisienne du Québec;

  • et l’Association canadienne des professionnels turcs.

-30-

Renseignements

Magali Olivier

Directrice communications et expérience membres

Jeune Chambre de commerce de Montréal

514 845-4951, poste 22 | molivier@jccm.org