02 octobre 2017

Mathieu Groussard, nouvel arrivant et entrepreneur à Montréal

JCCM

L’histoire des Brunchs de Mathieu, c’est avant tout l’histoire de Mathieu qui, en septembre 2015, a choisi de s’envoler pour Montréal avec sa femme.

Passionné par la cuisine depuis son plus jeune âge, Mathieu a toujours été aux fourneaux, sûrement grâce à son père professeur de cuisine, qui lui aussi est un grand amoureux de la gastronomie.

Racontez-nous, quand et pourquoi avez-vous démarré cette aventure?

L’aventure des Brunchs de Mathieu a débuté il y a un an, durant l’été. Je suis arrivé il y a moins de 2 ans à Montréal et j’ai vite compris que les brunchs étaient super importants au Québec. J’ai donc commencé à étudier le marché pour voir ce qui se faisait au niveau des brunchs. J’ai vu qu’il y avait beaucoup de compagnies qui offraient des boîtes à lunch, mais aucune qui offraient des boîtes à brunch. J’ai donc eu l’idée d’offrir des brunchs à la maison! De fil en aiguille, de plus en plus de gens ont commencé à m’appeler pour des services de traiteur. Je n’y avais jamais pensé! Depuis, j’offre aussi des services de traiteurs de brunchs pour des particuliers, mais aussi pour des compagnies.

Quelle est la réalisation qui vous rend le plus fier?

Ce qui me rend le plus fier, c’est ma tarte salée poireaux et cari qui se retrouve dans toutes les boîtes à brunch. Les gens l’adorent!

Quelles sont vos motivations au jour le jour?

Je crois que mes motivations sont de pouvoir arriver à servir un produit haute de gamme avec un service haute gamme. Arriver à prouver que la livraison à domicile peut être quelque chose d'haut de gamme. Le plus important, c’est la satisfaction des clients.

Avez-vous de nouveaux projets en vue?

Oui, on est justement en train de travailler sur un nouveau projet! Depuis un mois, grâce à l’expansion de la compagnie, nous avons un nouveau local dans lequel nous sommes en train de développer notre nouveau concept. Il s’agit d’une boutique en ligne où les gens pourront acheter les produits que nous concoctons, en version surgelée. Par exemple, quelqu’un qui adore nos biscuits aux brisures de chocolat aura la possibilité d’en commander en version surgelée, insérés dans sa boîte à brunch.   

Un conseil à donner aux entrepreneurs?

Le conseil que je pourrais donner, c’est d’éviter de sous-évaluer le coût de démarrage et de vente d’une compagnie. Ça m’a causé quelques problèmes, car je suis tombé dans le piège. Maintenant, tout va mieux, mais pour l’avenir je garde comme créneau qu’il faut être protectionniste quand on débute dans le domaine entrepreneurial.

Quelle personne vous inspire le plus dans le monde des affaires?

Nicolas Duvernois, c’est la personne qui m’inspire le plus je trouve. Malgré toutes les difficultés par lesquelles il est passé, il a su devenir un entrepreneur prolifique à Montréal. Je lis beaucoup les articles qu’il écrit dans Les Affaires et je trouve qu’ils font beaucoup réfléchir et m’inspire énormément.

Questions «funky»

Si vous aviez juste un plat à cuisiner pour le reste de votre vie, ça serait quoi?

Ça serait incontestablement un magret grillé avec une sauce à l’orange, servi avec des pommes de terres sautées persillées.

Quelle est l'expérience la plus bizarre que vous avez vécue en livrant un brunch?

Il arrive souvent, lors de la livraison, que les gens n’aient pas beaucoup d’habits sur eux… Surtout des gens qu’on a pas envie de voir comme ça!

Si vous aviez un seul aliment à amener avec vous sur une île déserte, ça serait quoi?

Une tomate cœur de bœuf!

Si vous aviez la possibilité de retourner dans le passé, qu’est-ce que vous vous donneriez comme conseil à vous-même en tant que jeune entrepreneur?

Si je pouvais me parler à moi, jeune entrepreneur, je me dirais de bien réfléchir avant d’acheter des instruments de cuisine ou autre. Se demander: est-ce que j’en ai vraiment besoin?