30 avril 2018

Tout ce que vous ne savez pas sur Michael Ross et Dollarama

JCCM

Le 13 avril dernier, nous étions accueillis chez Gowling WLG pour le troisième Blind date de la saison, avec pour invité d’honneur M. Michael Ross, Chef de la direction financière de Dollarama. Durant cette rencontre exclusive à huis clos, M. Ross a partagé son parcours, son expérience, la vision de la compagnie en matière de développement durable et ses conseils avec nos membres.

Selon M. Ross, tout est dans la gestion des coûts pour une entreprise comme Dollarama. Fait intéressant, Dollarama vend les mêmes produits qui sont vendus dans d’autres magasins, mais à plus faible coût. Comment y arrivent-ils? En ne faisant pas de publicité ni d’ajout d’emballage. Ils se retrouvent donc avec des coûts beaucoup plus bas à couvrir que tous les autres magasins. Astucieux, non?

Durant cette rencontre, nous avons pu apprendre aussi que Dollarama a très à cœur la cause du développement durable. En effet, même si la compagnie achète énormément en Chine ses produits, ils reçoivent beaucoup de pression de la part de leurs investisseurs au sujet de leurs fournisseurs chinois. Déjà, il est important de mentionner que la compagnie ne travaille pas en collaboration avec des usines polluantes et où, dans lesquelles, les gens sont exploités. D’ailleurs, petite parenthèse, le gouvernement chinois, depuis quelque temps, est de plus en plus strict à cet égard et va même jusqu’à fermer, du jour au lendemain, des usines trop polluantes pour l’environnement. De plus, en ne faisant aucun suremballage ni publicité imprimée ou circulaire, Dollarama tend à réduire considérablement sa consommation de plastique et papier. Pour être encore plus écologiques, ils ont même fait installer des minuteurs pour la température et l’éclairage dans les magasins afin de réduire leur consommation énergétique lorsqu’ils sont fermés. Selon M. Ross, la préoccupation actuelle pour Dollarama reste celle du transport, soit du transport de la marchandise vers le Canada et les magasins. Une préoccupation qui demande une attention continue dans le but de réduire son impact environnemental.

Pour M. Ross, si l’on veut progresser dans sa carrière, il est important de comprendre qu’il est tout à fait normal de faire des erreurs. C’est grâce à elles que nous apprenons! Un autre point intéressant qu’il soulevait était celui du travail d’équipe. Selon lui, même s’il existe une structure hiérarchique dans l’entreprise dans laquelle vous travaillez, il est important de toujours travailler en équipe, c’est la clé du succès. De plus, lorsque vous arrivez dans un nouveau poste ou une nouvelle compagnie, il ne faut jamais oublier qu’il est permis de demander de l’aide pour mieux comprendre son environnement, son industrie que ce soit à l’externe ou à l’interne. Nous sommes entourés de gens qui sont motivés par notre réussite et qui ne demandent qu’à nous aider. Enfin, si M. Ross avait un dernier conseil à donner à la relève d’affaires, ce serait de profiter de toutes les occasions de réseautage qui s’offrent à eux pour développer leur réseau de contacts. En effet, 50% de la réussite du succès passe par le réseautage et il est donc important de prendre le temps de le faire.

À propos

Michael Ross est diplômé de l’Université Concordia, où il a obtenu un baccalauréat en commerce et un diplôme d’études supérieures en comptabilité, respectivement en 1981 et 1983. Avant d'arriver dans le monde du commerce de détail, il y a 8 ans, il a d'abord travaillé dans le domaine du télémédia, de la télécommunication et du recyclage. Aujourd’hui, M. Ross travaille en tant qu'exécutif dans une société familiale québécoise fort connue du public: Dollarama. Cette dernière connaît une expansion fulgurante depuis une dizaine d'années et est même entrée en bourse en 2009. De plus, étant très impliqué dans la société, il siège, depuis quelque temps, sur plusieurs conseils d'administration, dont celui de la Fondation Sainte-Justine et d'Investissement Québec.