Actualités83

Briser l'isolement en télétravail : une démarche proactive
BIEN ÊTRE AU TRAVAIL
Marie-Claire Asseko
Par

Marie-Claire Asseko

Parole

aux

membres

La réalité de l'isolement en télétravail

Ah, le télétravail ! Cette merveilleuse invention qui nous promettait pyjamas toute la journée et zéro temps de trajet. Mais voilà, entre les appels Zoom et notre salon qui fait office de bureau, un invité surprise s'est incrusté : l'isolement.

D'abord, admettons-le, travailler depuis chez soi est un plaisir à double tranchant. D'une part, la flexibilité et l'absence de déplacements sont séduisantes. D'autre part, la solitude peut s'installer sournoisement. Surtout quand vous vivez seul. Selon une étude récente, 65% des télétravailleurs éprouvent un sentiment d'isolement qui affecte leur bien-être mental.

De plus, la part de responsabilité d'un employé quant à sa productivité a augmenté avec le télétravail. Personne ne veut donner l'impression d'en faire moins du fait d'être à la maison. Alors nous avons tendance à en faire plus. Voire beaucoup plus. La Presse le rapportait il y a quelques mois : depuis la pandémie, la journée de travail moyenne s’est allongée de 48 minutes tandis que la semaine de travail de 3,3 heures par semaine

Or, ce désir accru de démontrer de la performance peut amener l'employé en télétravail à délaisser les activités sociales d'entreprise ou encore à communiquer avec ses collègues uniquement pour discuter d'un projet en cours. Avec le temps, l'employé finit, involontairement ou pas, par se sentir seul ou valorisé uniquement selon sa capacité à produire des résultats.

Pourquoi s'en préoccuper ?

L'isolement ne se limite pas à un sentiment de solitude. Il peut avoir graduellement un impact sur la motivation mais aussi sur la raison même qui vous y a mené : la performance. En effet, vous pouvez perdre l'habitude de demander conseil sur votre travail ou encore d'échanger vos ressentis avec une personne de confiance.

Ainsi, votre sentiment d'isolement s'installe à force d'optimiser votre temps de travail pour en augmenter la productivité. Si l'environnement de travail est un environnement en constant changement ou qui évolue rapidement, cet isolement devient un facteur contribuant à l'épuisement professionnel : plus vous voulez garder le rythme, plus vous allez vous isoler pour vous "concentrer".

L'isolement peut donc avoir des répercussions profondes sur la santé mentale et la productivité. Pensez à la sécurité psychologique, ce sentiment d'être en sécurité pour prendre des risques et être vulnérable au travail. Essentiel, non ? C’est entre autres pour cette raison que les personnes en télétravail sont plus susceptibles de souffrir d’enjeux de santé mentale : une étude menée au Portugal a montré que les employés travaillant à domicile ressentaient le besoin d'être plus souvent en ligne et en contact avec leurs collègues, et qu'il existait une corrélation entre la dépression, l'anxiété et le stress.

Stratégies pour briser l'isolement

1. Structurer votre journée

Créez une routine : heure de début, pauses et fin de journée. Cela aide à séparer le travail de la vie personnelle, réduisant le sentiment d'être constamment au travail.

Il n’est pas toujours facile de développer une routine lorsque vous travaillez de la maison et que vous avez de multiples sources de distraction (le lave-vaisselle à vider, la table à débarrasser, etc.). N'hésitez pas à utiliser la technologie pour vous aider : créez des alarmes ou des rappels, bloquez des périodes précises dans votre agenda professionnel, etc. 

Par contre, une routine est sans effets si vous ne la suivez pas. Quand les temps sont difficiles et qu'il est tentant de se laisser déborder, répétez-vous : respecter ma routine c'est me respecter moi-même.

Blog Image

2. Incorporer des moments pour socialiser à votre routine

Un incontournable qui a majoritairement disparu avec le télétravail : le café matinal entre collègues. Et pourtant, ce moment informel a un pouvoir incroyable : il renforce notre sentiment d'appartenance à l'équipe ou l'entreprise, il permet de savoir où nos collègues en sont et comment ils se sentent, etc. Il peut même en découler une forme d’amitié. Comment répliquer cela en télétravail ?

Tout d'abord, acceptez que ce moment informel ne se produira pas de façon organique quand on communique régulièrement par écrans interposés. Il faut y mettre de l'effort !

C'est comme lorsqu'on veut se remettre au sport : on sort ses vêtements pour le lendemain matin et on les place afin qu'ils soient bien en vue dès notre réveil. Pareil pour le café matinal : envoyez une invitation à un collègue différent en avance (c'est important de respecter l'horaire et les obligations de chacun), un matin sur deux ou pour chaque matin si vous êtes une personne très sociable. Vous pouvez aussi remplacer le café matinal par un café juste après le repas du midi, en milieu d'après-midi ou même des dîners en vidéo. Et si vos collègues ne sont pas disponibles, eh bien organisez un lunch en visioconférence avec un proche !

De plus, communiquer régulièrement avec vos collègues directs de travail est crucial pour vous créer un environnement de travail sécurisant. Cela inclut les mises à jour sur les projets, mais aussi les check-ins émotionnels, les conversations anodines, etc.

Le but ici est de devenir proactif dans vos efforts de socialisation lorsque vous êtes en télétravail; briser la glace de l'écran pour rétablir des conversations plus naturellement avec le temps. "L'interaction sociale est la clé pour maintenir notre bien-être mental," rappelle Dr. Sophie Tremblay, psychologue spécialisée dans la santé au travail.


3. Avoir un espace dédié au travail

On vous l'a souvent répété mais avoir un espace de travail dédié chez soi peut faire toute la différence. Cela permet de "quitter le travail" en fin de journée, même si c'est juste en fermant la porte. Il est d'autant plus important, si vous êtes en mesure de le faire, de ne pas travailler dans des endroits liés à votre vie personnelle : dans votre lit, sur la table à manger ou le plan de cuisine, depuis le canapé, etc. Ces endroits deviennent associés au travail, et cela contribue insidieusement au sentiment d'être constamment au travail. Au contraire, vous voulez dissocier votre travail de votre vie personnelle et rétablir des frontières franches entre les deux. Une méthode plus analogique : placez des Post-it sur des objets que vous n'êtes pas supposés toucher pendant vos heures de travail comme la télécommande de la télé par exemple.

Cette dissociation s'applique aussi à votre espace digital de travail : votre cellulaire, votre agenda, votre ordinateur portable.

  • Autant que faire se peut, ne fusionnez pas vos agendas professionnel et personnel car la tentation d'optimiser chaque moment "libre" pendant la journée devient grande. Quand vous n'enchaînez pas les rencontres virtuelles, vous essayez alors de placer une course rapide à l'épicerie ou bien vous démarrez le souper. Au final, ces moments de pause que vous aviez au bureau entre les rencontres sont absorbés par d'autres activités et vous ne vous arrêtez vraiment...jamais.
  • Ré-équilibrez l'usage de vos appareils connectés. C'est-à-dire, n'utilisez pas vos appareils connectés professionnels à des fins personnelles et n'utilisez pas vos appareils connectés personnels à des fins professionnelles. C'est une autre façon de respecter votre routine.

Honnêtement, lorsque vous savez que vous ne devez "que" travailler pendant vos heures de travail, cela diminue la charge mentale que représente le fait d'essayer de tirer de la productivité de chaque moment de la journée. Plus de concentration, moins de multitâches.

4
. Intégrer des comités ou des clubs à votre travail

Plusieurs employeurs créent ou encouragent la création de clubs par les employés afin de développer les relations sociales, la collaboration et l'entraide. Il peut s'agir d'un club social, un club sportif ou encore un club de lecture. Que ce soit avec des personnes de votre équipe ou d'autres personnes, rejoindre un groupe est une opportunité en or d'élargir vos horizons !
En effet, ils vous permettent de rencontrer d'autres employés avec lesquels vous n'interagissez pas dans le cadre de vos fonctions, des personnes que vous croiseriez peut-être dans un couloir si vous étiez dans un bureau physique. Ainsi, vous pouvez discuter d'autres sujets que le travail, partager des intérêts communs, laisser libre cours à votre curiosité, etc.

Il arrive aussi que ces clubs organisent des événements en présentiel: des karaokés, des rencontres sportives, des partys de bureau, etc. Sautez sur cette occasion ! Ces activités peuvent avoir lieu au bureau, si votre employeur en a un, à une autre adresse physique ou même en extérieur. Non seulement vous sortirez de chez vous mais en plus vous rencontrerez des collègues en personne ! Bien que la technologie continue d’évoluer, les relations interpersonnelles sont plus chaleureuses et satisfaisantes avec le contact humain.

S'il n'y a pas de groupe de ce genre à votre travail, créez-en un ! Faites une annonce sur le tableau de bord virtuel ou par le biais de l'infolettre interne pour présenter l'objectif du groupe, acceptez un nombre raisonnable de personnes (pas trop pour commencer afin que la glace soit plus facile à briser entre vous) et organisez la première rencontre ! Vous pourriez être la réponse à votre propre isolement ou celui d'un collègue.

Et les employeurs dans tout ça ?

Les employeurs jouent un rôle clé dans la lutte contre l'isolement. D’ailleurs, l’ajout de la "notion d’intégrité psychique et de risques psychosociaux" (RPS) à la loi sur la santé et sécurité du travail (LSST)" et les changements qui y sont liés incombent aux employeurs “le devoir de protéger la santé et d’assurer la sécurité et l’intégrité psychique des travailleurs et travailleuses”. L’isolement fait partie des facteurs de risques psychosociaux (https://www.quebec.ca/sante/sante-mentale/s-informer-sur-sante-mentale-et-troubles-mentaux/favoriser-bonne-sante-mentale/sante-mentale-au-travail).

En fournissant des outils de communication efficaces, en encourageant la transparence et en organisant régulièrement des rencontres virtuelles ou physiques, entre autres choses, les employeurs peuvent contribuer à un environnement de travail plus connecté et sécurisant.

Mais soyons clair, et la loi sur la santé et sécurité du travail (LSST) le stipule également : au-delà de l'employeur, votre santé psychologique au travail vous appartient. C’est à vous de prendre les mesures appropriées pour en prendre soin, tout en ne portant pas atteinte à celle des autres.

Blog Image

En conclusion

Briser l'isolement du télétravail est un défi, certes, mais pas insurmontable. Comme toute habitude, pour la changer, il faut la remplacer par une autre habitude. Avec les bonnes stratégies, vous pouvez non seulement améliorer votre bien-être mental, mais aussi renforcer votre sécurité psychologique et votre productivité. Et rappelez-vous, chaque petit pas compte. Alors, quel sera le vôtre aujourd'hui ?

Nos

grands

partenaires

Recherche

Aucun résultat pour le terme 1 résultat pour le terme résultats pour le terme «»