Actualités85

De la COP27 à la COP15, enjeux et enseignements
RÉSILIENCE CLIMATIQUE
Alyssa Boily-Simard
Par

Alyssa Boily-Simard

JCCM

Qu’est-ce qu’une COP?

Le 13 décembre dernier s’est tenu notre webinaire sur la la COP27 et la COP15. Lors de cette rencontre, nos trois intervenant.e.s invité.e.s, Leïla Cantave, cofondatrice de l’organisation Black Eco Bloom, Albert Lalonde, chargé.e de projet au laboratoire de conscience climatique de la Fondation David Suzuki, et Philippe Poitras, cofondateur de Unpointcinq et de Futur Simple coopérative de solidarité, ont abordé ensemble les enjeux et les enseignements entourant ces événements de grande envergure.

Une COP (Conference Of Parties) est un événement international de négociations où les États se rencontrent afin de fixer des objectifs climatiques et environnementaux. Ainsi, dans le domaine de l’environnement, il existe 3 COP, soit la COP sur la biodiversité, la COP sur la lutte contre la désertification et la COP sur les changements climatiques.

La COP 27, qui a eu lieu en novembre dernier, s’intéressait aux changements climatiques. La COP15, quant à elle, s’intéresse à la diversité et la protection de la biodiversité.

Qui participe à la COP?

Les participant.e.s des COP sont principalement les pays signataires, soit les pays qui signent les accords et les conventions. Toutefois, plusieurs groupes d’influences sont également présents afin de se joindre aux conversations dans le but d'assurer des négociations représentatives de toutes les parties prenantes (les jeunes, les femmes, les peuples autochtones, les ONG, les institutions scolaires, les gouvernements locaux, etc.).

Les grandes victoires et les répercussions de la COP27 au Canada et au Québec

La récente Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27), s’est clôturée sur un accord décisif visant à fournir un financement des pertes et préjudices, soit les dommages causés par les changements climatiques, aux pays plus vulnérables ou en voie de développement. D’après Leïla Cantave, il s’agit également d’une victoire pour la société civile.

Pour Albert Lalonde, cette victoire fait aussi écho aux centaines de milliards de dollars qui devront être versés pour dédommager les pertes et préjudices, et ce, d'ici 2030. Une fois que les désastres sont causés, il est déjà trop tard. Il faut donc se poser la question : comment les éviter?

Il est important pour les gestionnaires ou les entrepreneur.e.s de bien comprendre les concepts et le contexte de la situation actuelle. Bien assimiler les grands cadres réglementaires influencés par les COP, savoir démêler les différents concepts et surtout savoir quoi prioriser au sein même de son organisation.

Au niveau de la COP15, les grands objectifs qui se retrouvent dans le cadre des entreprises font beaucoup référence à la divulgation et la transparence au niveau des données, car si les entreprises ne parviennent pas à comprendre leurs réels impacts, il est alors impossible d’agir concrètement.

« Chaque entreprise, petite ou grande, qui est créée ou gérée par un ou une entrepreneur.e doit considérer la responsabilité climatique et environnementale dans son plan d’affaires. Il faut d’abord s’intéresser et tenter de comprendre pour prendre de bonnes décisions. »
-Philippe Poitras, co-founder of Unpointcinq and Futur Simple solidarity cooperative

Comment la relève d’affaires peut-elle s’impliquer au niveau des négociations ?

Selon Albert, le changement est très culturel. Aujourd’hui, les logiques du marché ne suffisent plus à comprendre la société et la manière dont la planète fonctionne ; l’économie capitaliste ayant toujours traité les dommages environnementaux et sociaux comme des externalités dont les entreprises ont le loisir de se préoccuper ou non.

Cependant, en tant qu’être humain qui faisons partie de la biodiversité, nous n’avons pas la possibilité de nous soucier de la crise climatique ou de l’ignorer. Il est donc nécessaire de réfléchir à la façon de changer de paradigme.

Léïla est d'avis que la jeune relève a le pouvoir de se mobiliser en s’associant avec d’autres communautés ou encore à des groupes aux valeurs similaires. Cela peut être aussi simple que le fait d’avoir des conversations avec des gens qui vous ressemblent.

« C’est vraiment important pour la relève d’affaires d’identifier l’impact qu’à son organisation sur l’écosystème et l’environnement et d’adresser ces impacts dans l’immédiat. Il faut que ce soit un élément central au sein de votre entreprise. »
-Albert Lalonde, Project Manager at the David Suzuki Foundation's Climate Awareness Lab

Enfin, Philippe conclut sur la responsabilité qu’à la relève d'affaires de s’informer sur ces nombreux enjeux. À son avis, tant que les entrepreneur.e.s et les gestionnaires ne prendront pas cette responsabilité au sérieux, ils ne parviendront pas à faire le pont entre l’idéal à atteindre et les actions nécessaires pour y arriver.

Le webinaire en rediffusion!

Vous aimeriez écouter le webinaire complet afin démystifier les enjeux entourant les notions de justice climatique, de sobriété et de résilience dans le milieu des affaires? C'est par ici! 

Nos

grands

partenaires

Recherche

Aucun résultat pour le terme 1 résultat pour le terme résultats pour le terme «»