Actualités76

La mission inspirante de Mariame Touré
DIVERSITÉ ÉQUITÉ ET INCLUSION
Cindy Royer
Par

Cindy Royer

Charée de projet du comité bénévole Marketing Créatif

Inspirer les adolescentes à voir grand et rêver

À 23 ANS, Mariame Touré a déjà une impressionnante feuille de route. Étudiante en droit à l’Université de Montréal, elle amorcera sous peu son stage au cabinet McCarthy Tétrault. Elle concilie son quotidien de future avocate avec son implication communautaire auprès des adolescentes noires. Portrait d’une jeune femme ambitieuse, guidée par des valeurs solides.

Née à Montréal de parents originaires de la Guinée et du Sénégal, Mariame désire avoir un impact sur notre société avec ses actions. En janvier 2020, avec une amie, elle cofonde Black Girls Gather un club de lecture destiné aux jeunes femmes noires âgées entre 12 à 17 ans. Chaque semaine, elles se réunissent pour discuter d’œuvres littéraires écrites par des auteurs ou autrices noirs. Les thèmes ? Le racisme, la discrimination, l’identité, le féminisme, l’amour, la famille, l’amitié… Cela construit un réseau de mentorat en plus de donner le goût de lire… et de se reconnaître. Comment l’idée lui est venue ?

«On n’avait jamais lu de livres écrits par des auteur.trice.s noir.e.s quand on était au secondaire. Les seuls livres qu’on lisait, qui parlaient de notre expérience, c’était sur esclavage et écrits par des blancs. Ce n’était pas toujours dans une belle perspective pour nous… Ce n’était jamais appris d’une façon où c’était “empowrered.” On s’est dit : on doit changer le narratif pour les jeunes! » Par

Mariame Touré

Mariame souligne que c’est plus tard dans la vie, une fois rendue au Cegep, qu’elle a compris que les livres pouvait contribuer à améliorer l’estime de soi des jeunes filles noires. À ce jour, sa passion pour la lecture, elle l’a transmise à plus d’une cinquantaine d’adolescente dans l’ouest de l’ile de Montréal. Un exemple qui la rend fière ? « Une participante a pris l’initiative de mettre sur pied une section destinée aux auteurs de couleurs à la bibliothèque de l’école secondaire Villa-Maria » dit-elle en faisant référence à l’effet domino que l’initiative engendre.

Le mois de l’histoire des Noir.e.s

Pourquoi est-ce important pour Mariame de souligner le mois de l’histoire des noirs ? Elle ne constate pas de préjugés en tant que tels autour d’elle, mais croit qu’il faut encore lutter contre des idées préconçues, bien enracinées dans l’inconscient collectif.

« Les gens n’ont pas de mauvaises intentions » dit-elle. « Mais c’est les préjugés que certains ont… Par exemple, en me regardant, certains pourraient potentiellement penser que je viens d’une famille brisée, ce genre de choses alors que ce n’est pas du tout ma réalité ! (Elle vient famille très unie). Certains vont traiter un enfant noir d’une certaine façon simplement à cause de ces idées qui viennent de nul part. Trop tôt on commence à limiter les enfants. Laissez les enfants être des enfants ! »

Et la représentation, c’est important ? « La représentation c’est tout ! Quand j’ai choisi d’aller chez Mcarthy, c’est parce ce que Karine Joizil était associée déjà. Il y avait aussi Bianca Annie Marcelin alors, je me disais, je veux aller à un endroit ou savais que je serais bien entourée. On est une des équipes les plus diverses, c’est beau à voir. » dit- elle avec fierté.

Des trucs pour commencer à réseauter à la JCCM

Malgré sa facilité à communiquer, Mariame assure que comme plusieurs, elle a déjà été intimidée par l’idée de réseauter et se présenter à des inconnus dans des événements. Quels sont ses trucs et astuces pour à ceux et celles qui commencent cette activité ?

« C’est un investissement en soi-même. Il faut se lancer ! » dit-elle. « Fait ce qu’il faut pour te rendre confortable au départ. Par exemple, au début, j’y allais avec une amie. Je n’aime pas trop avoir de l’attention dans un groupe, alors j’allais voir un plus petit groupe de 2-3 personnes. J’aime écouter, apprendre l’histoire des gens. Ils ont des parcours divers. Posez des questions, intéressez-vous aux gens. Et soyez préparés ! Le réseautage ça demande de la préparation. » Par exemple, elle conseille d’aller voir les profils LinkedIn des personnes qui y participeront ou qui y prendront la parole pour dénicher des intérêts communs. « Et lire sur l’actualité ! Si tu n’as rien à jaser avec les gens, au moins tu as ça ! » Elle ajoute en terminant : « Je commence à peine à m’impliquer dans la JCCM et les opportunités que j’ai eu grâce à ça sont déjà incroyables. »

J’ai déjà lu quelque part qu’il faut rencontrer des nouvelles personnes et réseauter car les conversations créer les opportunités. Les opportunités comme celle-ci : avoir pu discuter, autour d’un café, avec cette membre de la JCCM vouée à un brillant avenir.

Merci Mariame!

Nos

grands

partenaires

Recherche

Aucun résultat pour le terme 1 résultat pour le terme résultats pour le terme «»